Alimentation
Animaux
Cultures
Economie
Elevage
Environnement
Général
Horticulture
Marchés
Mécanisation
Politique
Login
 
 
 
Vous pouvez vous enregistrer et vous abonner en cliquant ici
(€ 72,60, TVA incl.)
 
Oublié votre mot de passe?
Vorig Artikelarticle précédent article suivantVolgend Artikel

 16 fév 2021 11:51 

Une entreprise de frites belge Ecofrost devrait s’installer sur l’ancienne friche Flodor à Péronne


Lors du dernier conseil communautaire de la Haute Somme, le président Éric François a annoncé la probable venue d’une société belge spécialisée dans la transformation de la pomme de terre sur le site.

La friche Flodor à Péronne, où était implantée l’usine de fabrication de la célèbre marque de chips, avant sa brutale fermeture au début des années 2000, mettant plusieurs dizaines de salariés sur le carreau, va-t-elle retrouver la frite ? C’est ce qu’a laissé espérer le président de la communauté de communes de la Haute Somme, Éric François, lors du conseil communautaire en visioconférence du 27 janvier, en dévoilant enfin l’identité de la société cachée, sous le nom de code énigmatique « Mona-Lisa » (clin d’œil à l’espèce de pomme de terre plutôt qu’à un célèbre tableau de la Renaissance), pour la reprise de cet ancien terrain industriel à 3,5 millions d’euros.

«  Nous sommes en contact très avancé avec la société belge Ecofrost, spécialisée dans la fabrication de frites surgelées. Celle-ci souhaite signer un protocole de réservation du terrain sous réserve de dépollution du terrain et a un an pour confirmer si elle l’achète  », annonce le président de l’intercommunalité en contact depuis un an avec les dirigeants de cette jeune société créée en 2003 en Belgique et souhaitant se développer en France pour conquérir de nouveaux marchés.

Une bonne nouvelle pour le territoire, plus souvent marqué par les fermetures d’usines que par les ouvertures, avec à la clef une bonne centaine d’emplois, directs, sans compter ceux indirects.

«  Le chantier d’environ 60 millions d’euros est prévu en deux phases, avec la construction d’une première unité de production pour 2024 et une deuxième en 2029. Il y a la promesse de 70 puis 50 emplois directs, sans compter tous les emplois induits en faisant travailler les transporteurs, techniciens en maintenance et surtout les exploitants agricoles  », souligne Éric François.

Si la situation géographique de Péronne, au milieu de la région des Hauts-de-France, à proximité du futur Canal Seine Nord Europe et des principales infrastructures (routière, autoroutière, ferroviaire…) a été déterminante, elle n’est pas le seul argument de poids pour ses dirigeants.



  Flash Actua
 
Grippe aviaire H5 : levée de la zone de surveillance autour de l’exploitation avicole à DeerlijkLees meer
 
 
Stratégie «de la ferme à la table»Lees meer
 
 
Nouvelles étiquettes énergétiques de l'UE applicables à partir du 1er mars 2021 Lees meer
 
 
L’UE éclaircit l’application de la LMR CIPC Lees meer
 
 
Le commerce agroalimentaire de l'UE reste stable en janvier-novembre 2020Lees meer
 
 
Traité UE-MERCOSUR : l’Europe s’enfonce dans ses incohérences Lees meer
 
 
Plus de porcs mais moins de bovins abattus en 2020 Lees meer
 
 
Avis aux concernés par les exportations de produits d’origine animale vers le Royaume-UniLees meer