Alimentation
Animaux
Cultures
Economie
Elevage
Environnement
Général
Horticulture
Marchés
Mécanisation
Politique
Login
 
 
 
Vous pouvez vous enregistrer et vous abonner en cliquant ici
(€ 72,60, TVA incl.)
 
Oublié votre mot de passe?
article suivantVolgend Artikel

 20 sep 2021 10:52 

Phénomènes climatiques extrêmes en Belgique et ailleurs, une vérité « qui dérange » …


Que l’on ait envie de l’entendre ou non, impossible d’encore faire semblant de l’ignorer : l’été 2021 a été le plus humide qu’ait connu la Belgique depuis le début des mesures en 1833.

Et le constat est mondial : au fil des semaines et mois écoulés, pendant que la Belgique (et plus particulièrement la Wallonie) et l’Allemagne connaissaient des pluies diluviennes qui ont entraîné des drames humains, matériels et économiques, d’autres endroits du globe subissaient des vagues de chaleur et des incendies de forêts catastrophiques. Entre juin et mi-juillet, un iceberg d’une superficie équivalente à la taille de la Floride s’est même détaché en Arctique. Tout ceci s’inscrit dans un réchauffement climatique d’en moyenne 1,1°C par rapport aux niveaux de chaleur préindustriels. Et ce n’est pas un hasard si le GIEC (Groupe d’experts Intergouvernemental sur l’évolution du climat) a publié aussi début août un rapport sur les conséquences d’un réchauffement planétaire de 1,5°C dans les 2 décennies à venir. Ce réchauffement de 1,5°C devrait être le plafond maximum à viser à l’échelle mondiale. Mais réaliser cet objectif exige évidemment un agenda volontaire et positif, sur le plan régional, national, européen et mondial, et de préférence avec un minimum de cohérence dans l’approche pratiquée. Une cohérence qui a fait relativement défaut cet été lorsque nous recevions à voir les images des dramatiques inondations et, dans les mêmes journaux télévisés, celles de stars du ballon rond voyageant en jets privés comme si tout allait bien dans notre climat en surchauffe.
Alors que jusqu’à mi-juin les cultures semblaient bien engagées, la récolte de lin-fibre sera décevante cette année, non seulement à cause des verses très importantes dans les champs de lin mais aussi à cause des conditions difficiles et humides pour le rouissage et la récolte elle-même. Et même dans un pays au territoire réduit comme la Belgique, l’impact de ces conditions est fortement déterminé par l’emplacement des parcelles.

À court terme, nous continuerons certainement dans les prochaines années à tout faire pour nous adapter, en procédant à une répartition des risques (tant au niveau des parcelles que des plantes et variétés, ce qui veut dire que le lin d’hiver bénéficiera d’un intérêt croissant), ainsi que par des techniques de culture plus efficaces (cf. nos initiatives en matière d’agriculture de précision). À moyen terme, le lin-fibre représente certainement une partie de la solution globale pour le climat, de par ses propriétés uniques (1 hectare de lin-fibre fixe en un seul cycle de culture environ autant de CO2 qu’1 hectare de forêt). Avec l’ILVO et Inagro, nous nous engageons résolument dans la direction de la bio-économie et de l’économie circulaire. Une plus grande incorporation du lin-fibre dans des applications atténuant les effets du changement climatique fait clairement partie des projets à l’étude.

L’agriculture n’est d’ailleurs certainement pas le plus grand contributeur dans le débat global sur les émissions de gaz à effet de serre (les premières places sont en effet occupées par des secteurs industriels, c’est-à-dire l’industrie manufacturière et le secteur énergétique). Mais même au sein du secteur agricole mondial, le secteur agricole flamand et belge prend une position de leader en matière de réduction de l’impact. Et en tant que secteur (agricole) de niche, le lin-(de la plante au produit fini) en Europe occidentale. C’est d’ailleurs quelque chose que nous soulignerons avec détermination dans les mois et années à venir dans nos échanges avec les différentes autorités. La demande du marché pour le lin (plante et produit fini) reste forte, et cela doit nous encourager pour toutes les mesures d’innovation et de transformation à venir!

 


  Flash Actua
 
Mesures temporaires de lutte contre la peste porcine africaineLees meer
 
 
Reconnaissance de la calamité naturelle publique 'inondations du 14 au 16 juillet 2021 en Wallonie' Lees meer
 
 
Interpom 2021, enfin ...Lees meer
 
 
Les marchés publics liés aux inondations et pluies abondantes juillet 2021 WallonieLees meer
 
 
La Belgique s’engage toujours plus pour la biodiversité 2022 sera une année cruciale pour la biodiveLees meer
 
 
MilkBE publie son nouveau Rapport de durabilité Lees meer
 
 
Les secteurs agricoles impactés différemment par la hausse des prix des matières premières Lees meer
 
 
Les inondations du 24 juillet 2021 reconnues comme calamité naturelle publiqueLees meer
 
 
Calamité inondations et pluies abondantes 14-16/7 et 24/7 2021: indemnisation particulièreLees meer
 
 
Lancement de la plateforme agrométéorologique wallonne de référence Lees meer