Alimentation
Animaux
Cultures
Economie
Elevage
Environnement
Général
Horticulture
Marchés
Mécanisation
Politique
Login
 
 
 
Vous pouvez vous enregistrer et vous abonner en cliquant ici
(€ 72,60, TVA incl.)
 
Oublié votre mot de passe?

 08 avr 2020 14:55 

Gestion du plant, entre réception et plantations


« La qualité du plant et le bon état du sol (réchauffé, bien préparé, de bonne structure !!!) sont comme les 2 mamelles d’une mère qui doit allaiter : si elles ne sont pas bonnes, l’enfant végétera au cours de sa croissance »

Les déchargements, réceptions (et plantations !) de plants se poursuivent… Le plant doit être stocké dans une zone aérée, sans résidus de CIPC, et à la lumière. Ne laissez en aucun cas du plant dans des bennes pour plus de 3 – 4 jours. Les bigbag, sauf si aérés, doivent eux aussi être vidés en caisses (à 1/3 remplis) ou étalés. Les palettes de sacs doivent être ouvertes, dépalettisées et stockées afin qu’ils soient aérés. N’hésitez pas à ventiler (placer un (des) ventilateur(s)) afin de sécher et d’éviter toute condensation ! La gale argentée peut se développer en moins de 24 h sur des lots humides !

RUCIP : les règles et usages du commerce intra-européen du plant (RUCIP) ne sont pas faits en faveur des producteurs… Néanmoins, n’oubliez pas que glementairement, pour conserver tous vos droits à propos du plant que vous recevez, il faut contrôler celui-ci avant déchargement (un lot déchargé est réputé accepté), et faire la réclamation par télécommunication écrite endéans les 6 heures (Titre VII, art. 28, du RUCIP 2017). Les Normes RUCIP sont consultables sur : http://rucip.eu/wpcontent/uploads/2016/12/RUCIP-2017-FR-1.pdf

Raisonner ses densités ! D’après les échos obtenus chez l’un ou l’autre producteur, il semble bien que « les plants soient un petit peu plus fins cette année ». On devra donc planter « un peu plus épais » ! Mais en variétés hâtives, cela semble l’inverse. Il peut néanmoins y avoir des différences importantes entre variétés, origines, lots et même calibres proposés…, d’où l’intérêt de contrôler ! Pour produire une quantité importante de « frites », on choisira les écartements dans la ligne plus espacés… Si à l’inverse on veut plus de calibre moyen, on réduira la distance dans la ligne. Si le plant est plus allongé vous aurez moins de tubercules au kg, par contre ce plant produira plus de tiges, donc on peut espacer un peu plus… Ce sera le contraire si le plant est plutôt rond ! En tout état de cause, si vous constatez plus de tubercules/kg, n’hésitez pas à planter un peu plus dru : il vous faudra plus de tubercules/m pour arriver à un même nombre de tiges, et donc de tubercules !

Sols légers, sols où l’on craint la sécheresse, sols où l’on plante tard, plants matures… :

la distance de plantation dans la ligne sera adaptée vers le haut (plus écarté de 1 à 2 cm).

Sols lourds et sans risque de manque d’eau, quand on plante tôt, avec du plant vieux (ou déjà égermé) : on plantera plus serré (moins écarté de 1 à 2 cm).

Plants coupés : augmenter la densité de plantation de +/- 20% !

Variétés chips / croustilles : « petits plants », dans la fourchette 28 à 40 mm : 40 à 45.000 pieds/ha ; « gros plants », dans la fourchette 40 à 55 mm : 35 à 40.000 pieds/ha.

Variété à chair ferme : « petits plants » (25-28 mm, 25-32 mm, 28-35 mm, 30 – 35 mm) : 50.000 pieds/ha (moins si aptitude à bien tubériser ou à faire peu de calibre ; plus, si faible aptitude à tubériser ou à faire plus de calibre) ; « gros plants » (35-40 mm, 32-40 mm, 35-45 mm ; 35-50 mm) : 40.000 pieds/ha (et même moins si bonne aptitude à tubériser (ou à faire peu de calibre) ; plus si faible aptitude à tubériser (ou à faire plus de calibre)).

Plantations

Elles sont bien avancées en hâtives (à plus de 80 % selon les sous-régions en Flandre) et elles commencent ici et là en autres variétés, selon le type de sol. Prenez votre temps et ne vous précipitez pas, personne n’est en retard ! Attendez un bon ressuyage et un bon réchauffement, d’autant que l’hiver humide et quasi sans gel ne nous laisse pas des structures faciles ! Il va être difficile de faire du travail optimum dans les jours à venir… Un travail du sol fait dans des conditions non optimales mène à des problèmes de structure avec impacts négatifs sur la culture, sa production et sa qualité. D’autant plus en cas d’un printemps peu arrosé ou plus encore d’un été sec !



  Flash Actua
 
Marchés des pommes de terreLees meer
 
 
Les valeurs de référence des mesures d'azote potentiellement lessivable pour 2019Lees meer
 
 
L’impact du COVID-19 sur le secteur BioLees meer