Alimentation
Animaux
Cultures
Economie
Elevage
Environnement
Général
Horticulture
Marchés
Mécanisation
Politique
Login
 
 
 
Vous pouvez vous enregistrer et vous abonner en cliquant ici
(€ 72,60, TVA incl.)
 
Oublié votre mot de passe?

 08 oct 2019 11:02 

Nous consommons des aliments, pas des nutriments


Sur base des dernières connaissances scientifiques en matière d’alimentation saine et de durabilité, le Conseil supérieur de la santé recommande une augmentation de la consommation de lait et de produits laitiers. C’est ce qui ressort du dernier avis du Conseil, au centre duquel se trouvent non plus les nutriments isolés, mais les effets des aliments. Le Conseil a également tenu compte des aspects durabilité. “Dans les nouvelles recommandations, les produits laitiers conservent leur place importante au sein d’un mode d’alimentation durable. Le lait et les produits laitiers sont explicitement mentionnés dans la liste des denrées alimentaires à privilégier. Le rapport indique que le Belge moyen ferait bien d’augmenter sa consommation de produits laitiers pour éviter des problèmes de santé liés à l’alimentation ”, a commenté Renaat Debergh de la CBL, la Fédération des transformateurs laitiers.

Le Belge peut consommer davantage de produits laitiers
Dans son nouvel avis, le Conseil supérieur de la santé conseille aussi de consommer entre 250 et 500 ml de lait et de produits laitiers par jour. Une trop faible consommation de lait et de produits laitiers est en effet identifiée comme facteur de risque pour les problèmes de santé liés à l’alimentation. Le rapport réfère au Conseil de santé hollandais qui pose que la consommation des produits laitiers est en relation avec un risque plus faible de cancer intestinal et la consommation de yaourt avec un risque plus faible de diabète. “D’après les données disponibles les plus récentes , le Belge consomme en moyenne 177g de lait et de produits laitiers par jour. Autrement dit, les recommandations du Conseil supérieur de la santé équivalent à multiplier par deux la consommation actuelle”, conclut Renaat Debergh.

Nous mangeons des aliments, pas des nutriments
En recherche nutritionnelle, l’accent se déplace de plus en plus des nutriments vers les aliments. “Cela n’a rien d’illogique”, assure Renaat Debergh. “En effet, nous ne consommons pas des nutriments isolés, mais bien des aliments: nous ne consommons pas du calcium, mais nous buvons du lait. En tant que Fédération des transformateurs laitiers, nous nous réjouissons que le Conseil supérieur de la santé mette l’accent sur les aliments.  Les effets santé des aliments considérés comme un tout s’avèrent souvent différents de ceux des nutriments qu’ils contiennent. C’est ainsi qu’il a été scientifiquement confirmé que l’effet santé du fromage est meilleur que ne le laissent supposer les nutriments isolés. ” 
Le glissement de l’intérêt scientifique vers les aliments considérés comme un tout a également d’autres conséquences. C’est ainsi qu’on peut lire dans l’avis du Conseil supérieur de la santé: “On ne peut donc pas extrapoler purement et simplement les résultats des recherches relatives aux effets du lait et des produits laitiers sur la santé […] aux boissons d’origine végétale. C’est la raison pour laquelle aucune de ces alternatives ne peut être assimilée au lait pour ce qui est des effets sur la santé.” Selon le Conseil supérieur de la santé, les boissons d’origine végétale doivent faire l’objet de plus amples recherches. 
 
Les produits laitiers en tant qu’élément d’un mode de consommation durable 
“Nous apprécions que les aspects de la durabilité aient été repris dans l’élaboration de ces recommandations”, estime Renaat Debergh. Le Conseil supérieur de la santé accorde avec raison beaucoup d’intérêt à un nouveau thème sociétal important. La CBL souhaite souligner qu’il est important d’inclure tous les aspects dans le débat sur la durabilité. Une alimentation durable ne signifie pas seulement exercer un moindre impact climatique, un mode d’alimentation durable doit être également sain, économiquement abordable, accessible et culturellement acceptable (FAO, 2010). Le fait que les produits laitiers s’inscrivent dans un mode d’alimentation durable n’est pas seulement affirmé par le nouvel avis du Conseil supérieur de la santé, il est aussi confirmé par un grand nombre d’études  . Elles indiquent que bannir les produits laitiers du mode d’alimentation aurait finalement peu ou pas d’impact positif sur les paramètres de durabilité. En effet, les produits laitiers sont une source de nutriments utiles aussi efficiente sur le plan climatique que l’ensemble des aliments qui seraient nécessaires pour en compenser la perte. Les produits laitiers s’inscrivent donc dans le mode d’alimentation sain et durable dont nous avons besoin pour limiter le réchauffement climatique à moins de 2°C d’ici 2030. 



  Flash Actua
 
Le futur plan de lutte de la tuberculose bovine Lees meer
 
 
L'Autorité européenne du travail entame ses activités Lees meer
 
 
La prévention de l'introduction des espèces exotiques envahissantesLees meer
 
 
Prix 2019 Les Grandes Tables Du Monde Lees meer
 
 
Marchés des pommes de terreLees meer
 
 
La conservation des pommes de terre (2020-2021)Lees meer
 
 
L'élimination des matériels à risque spécifiés (MRS) dans les abattoirsLees meer
 
 
La priorité accordée à la lutte contre 20 organismes de quarantaine sur le territoire de l'UELees meer
 
 
Les pépiniéristes wallons veulent relever le défi de la fourniture des plants pour les 4000km haiesLees meer
 
 
Publication des indices harmonisés de risque (HRI) pour la Belgique Lees meer
 
 
Communication aux producteurs de pommes de terre – Obligation de rotation Lees meer
 
 
Amende pour une entente portant sur les légumes en conserveLees meer