Alimentation
Animaux
Cultures
Economie
Elevage
Environnement
Général
Horticulture
Marchés
Mécanisation
Politique
Login
 
 
 
Vous pouvez vous enregistrer et vous abonner en cliquant ici
(€ 72,60, TVA incl.)
 
Oublié votre mot de passe?
article suivantVolgend Artikel

 17 mai 2020 11:22 

La Commission européenne valide la réduction de la zone PPA belge


Le Comité permanent sur les végétaux, les animaux, les denrées alimentaires et les aliments pour animaux de la Commission européenne (Scopaff) a validé la proposition belge de réduction de la zone PPA dans le Sud-Luxembourg. Alors que le dernier sanglier mort testé positif remonte à mi-août 2019, la Belgique avait proposé la semaine dernière à la Commission européenne de réduire cette zone de 15%, soit une réduction de plus de 24.000 hectares. Si les activités d’élevage ne pourront pas reprendre immédiatement, ce feu vert européen permet d’envoyer un signal positif aux pays qui ont suspendu les importations de porcs belges. La réduction de la zone constitue également une étape supplémentaire vers la récupération du statut « Indemne de PPA » par la Belgique auprès de l’OIE (organisation internationale de santé animale).



Le Ministre de l’Agriculture Denis DUCARME : « Les mesures parfois difficiles prises pour limiter la propagation du virus de la peste porcine africaine portent leurs fruits. La population de sangliers a fortement diminué dans le sud de la province de Luxembourg et le virus n’a plus été détecté que sur des ossements vieux de plus de 3 mois. Cette décision européenne est un premier pas vers la reprise des activités dans une région qui a beaucoup souffert de cette épidémie. Nous devons rester vigilants afin de permettre à la Belgique de retrouver rapidement son statut « Indemne de PPA ». Un statut qui permettrait à toute une région, celle de la Gaume, de pouvoir tourner la page de cette période difficile mais qui permettrait aussi de lever les derniers embargos en vigueur sur nos exportations. »

En septembre 2018, un foyer de peste porcine africaine a été localisé chez des sangliers dans le sud de la province du Luxembourg. Bien qu’inoffensive pour l’Homme, cette maladie, mortelle pour les suidés (tels que le porc), se transmet facilement via toute personne ou objet qui entre en contact direct avec le virus.

Afin de coordonner au mieux les efforts de lutte contre la propagation du virus, la Belgique avait, en collaboration avec les autorités européennes, délimité une zone où des règles strictes devaient être appliquées (vide sanitaire, interdiction des activités en forêt, etc.). En raison de l’évolution de la maladie sur le terrain, son périmètre avait été étendu à cinq reprises.

L’ensemble de la zone concernée par des mesures contre la peste porcine africaine, composée d’une zone tampon et d’une zone centrale infectée, couvre un territoire total de 110.600 hectares. Vu l’évolution favorable, la zone centrale bénéficie par cette modification d’une réduction de près de 10.000 ha de sa superficie, soit une réduction de 15%.

Sur le terrain, la circulation du virus n’est plus détectée et la densité de sanglier a fortement diminué. Autrement dit, la Belgique se trouve dans la même situation que la République Tchèque avant que ce pays, le seul au sein de l’UE ayant réussi à éradiquer la PPA de son territoire, ne retrouve son statut « Indemne de PPA ».

La réduction de la zone PPA constitue un premier pas vers la reprise des activités dans la zone. C’est aussi un signal très positif pour les 20 pays qui n’ont pas encore levé leur embargo sur le porc belge.

La Belgique, qui a toujours conservé son statut « indemne de PPA » pour les porcs domestiques, entreprendra aussi prochainement les démarches auprès de l’Organisation internationale de la santé animale (OIE) pour retrouver un statut « indemne de PPA » général.



  Flash Actua
 
Argus Media fait l’acquisition d’Agritel Lees meer
 
 
L'UE renforce son soutien à la lutte contre l'invasion de criquets pèlerins en Afrique de l'ELees meer
 
 
4 coins de champs Fiwap pour juillet 2020Lees meer
 
 
Mesures de lutte contre les nématodes à galles Meloidogyne chitwoodi et M. fallax Lees meer
 
 
Le rapport d’activités 2019 de l'AFSCALees meer
 
 
Politiques agricoles: suivi et évaluation 2020Lees meer